Tekstvak: Benvengudo en Prouvenço
Tekstvak: L’homme que vous voyez à côté, n’est personne d’autre que Frédéric Mistral, l’écrivain provençal qui a travaillé toute sa vie pour que la langue, la culture et la tradition provençales ne se perdent pas. Il a fondé avec 6 autres jeunes poètes en 1854 au Château de Font-Ségugne à Châteauneuf-de-Gadagne, le Félibrige, un mouvement culturel. Pour ses efforts il a reçu en 1904, le Prix Nobel de littérature. Avec l’argent de ce prix, il a ouvert à Arles, le “Museon Arlaten” 

Voici un peu d’histoire sur l’origine de la langue en Provence.
Durant les premiers siècles de notre ère, le latin parlé par les gens ordinaires, notamment par les soldats romains, s'est imposé en Gaule, comme dans tous les pays annexés par l'empire romain. 
La latinisation s'est fait de manière lente, progressive, dans les régions proches de Rome d'abord, dans les régions lointaines ensuite. On peut dire qu’à la fin du quatrième siècle, les populations de l'empire romain parlent pour la plupart le latin vulgaire, différent du latin écrit. De ce latin parlé naissent les différentes langues "romanes": l'italien, le roumain, le catalan, l'espagnol, le portugais et en France même deux langues: la langue d'Oil au Nord et la langue d'Oc dans le Midi. 

D’où viennent les noms Langue d’Oc et Langue d’Oil ?

En Gaule, les Romains - et, avec eux, le latin - devaient affronter les tribus germaniques, notamment les Francs, lesquels ont réussi, au fil des siècles, à s'installer dans toute la moitié nord de la Gaule. 
La version gauloise du latin populaire - appelée «gallo-roman» - a évolué pendant ce temps en une multitude de dialectes qu'on peut regrouper sommairement, d'après leurs parentés lexicales et phonétiques, en dialectes du Nord et dialectes du Sud. 
On s'est mis d’accord pour nommer ces groupes de dialectes d'après la manière dont les gens disaient «oui». Or, le latin hoc ille (qui signifie «c'est ça») avait abouti dans le Nord à o-il (qui deviendra oui) et dans le Sud à oc. On appelait donc les dialectes du Nord la langue d'oil, ceux du Sud la langue d'oc. 
La langue provençale est une des principales langues d'Oc (ou langues occitanes). Les principales langues d'Oc sont l'auvergnat, le limousin, le gascon, le languedocien et le provençal. 

La langue provençale est divisée en cinq dialectes: le rhodanien, en usage le long du Rhône, dans le pays d'Arles, le Comtat-Venaissin, le Gard et une partie de l'Hérault; le gavot, dans le Haut-Dauphiné, la Haute Provence et jusqu'au Piémont en Italie; le maritime, le long de la côte entre Saint-Laurent-du Var et Marseille; le provençal moyen à Aix et les environs; et enfin le nissart, parlé dans l'ancien comté de Nice. 

Le provençal ancien doit sa popularité et son apogée au rôle capital des troubadours aux onzième et douzième siècles. La langue des troubadours couvre l'Occitanie toute entière de Bordeaux à Nice. Le motif essentiel de leur inspiration est l'amour courtois. Au 14ième siècle l’occitan était la langue officielle à la cour papale d’Avignon à côté du latin et on raconte même que Dante envisagea d’écrire la Divina Comedia en occitan. Au 14° siècle l’occitan était même très populaire en Italie et Pétrarque a même écrit des sonnets en occitan
L'édit de Villers-Cotterêts en 1539 impose l'usage du français en tant que langue administrative en Provence. La langue littéraire survit jusqu'au dix-neuvième siècle. La langue parlée continue à se dégrader et se fragmenter en divers patois. 
Frédéric Mistral a fourni un gros effort afin de rétablir la langue , mais il faut avouer que la langue parlée est devenue quasi inexistante, en partie à cause du conservatisme du Félibrige actuel

LA COUPO SANTO
Mistral a écrit également “La Coupo Santo”, l’hymne national de chaque Provençal.
En remerciement de l’accueil réservé en Provence au poète catalan Victor Balaguer, exilé politique, les félibres catalans offrirent aux félibres provençaux le 30 juillet 1867 une coupe en argent que Frédéric Mistral consacra par la Chanson de la Coupo, devenue depuis lors l’hymne du Félibrige et de l’ensemble des pays de langue d’oc.
. 

Ceux qui veulent lire le texte intégral de “La Coupo” avec la traduction française cliquent ici.
Tekstvak: Le provençal

L’ART DE VIVRE.

Mistral

Fondation du Félibrige

Extrait du manuscrit de  “La Coupo”

Ceux qui veulent lire le texte  intégral de “La Coupo” avec la traduction française cliquent  ici